Ednco bouddha-physique quantique

De Bouddha à la physique quantique (une étude originale)

Par: Laurent Roussel - il y a 2 années, 10 mois

religion, dette, science, quantique, Mahomet, Jésus, argent, Bouddha

Partager:

Ou notre Humanité en quête de Bonheur et de Liberté. Une étude originale et étonnante de nos modèles de pensées et de leurs impacts sur notre Société…

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir apporter davantage de Bien-être et d’Amour dans nos Vies et cette démarche peut prendre différentes formes. Nous pouvons par exemple faire un certain “Travail sur Soi” : psychothérapie, méditation. Yoga, sport, alimentation BIO, soins énergétiques divers, etc. et/ou encore à un autre niveau, essayer de comprendre et de donner du sens à notre vécu et des événements qui nous entourent.

Cet article a justement pour but de vous apporter une vision plus globale et cohérente, un regard peut-être différent et plus léger sur ce que l’on nous amène à penser habituellement. D’aborder des questions telles que : “Que penser de notre monde actuel ?”, “Que se passe-t-il donc et vers quoi allons-nous?” ou encore “Comment en sommes-nous arrivés là, alors qu’il semble que notre Humanité recherche depuis la nuit des temps le Bonheur et la Liberté?”. Et tenter d’y répondre, à travers l’étude succincte de deux grands mouvements de pensées et leurs impacts sur nos structures sociétales: les Religions et la Science.

« La connaissance est le début de l'action : l'action, l'accomplissement de la connaissance. » (Wang Yangming, 1472-1529)

Tout s’accélère, de la vitesse de nos processeurs, en passant par la fonte des glaces et notre perception du temps. Il semble qu’au-delà des messages médiatiques plus ou moins rassurants de nos dirigeants, notre modèle socio-économique, ainsi que notre environnement naturel se fragilisent et sont en crises. Nous pouvons observer, d’une part que le modèle de pensées qui nous promettait le Bonheur à travers l’acquisition et la production sans limite de biens matériels semble ne plus répondre à ses promesses, que la Science à qui il a été donné tant de pouvoir n’est pas à même de nous guérir pleinement, de nous apporter le Bien-être et que dire encore des Religions qui nous donnaient l’espoir du Paradis ou de la Libération. Et d’autre part, on peut constater en marge du système de pensées dominant, l’émergence d’une multitude d’initiatives émanant de la population qui ont pour but de répondre à ses besoins en usant de moyens originaux, naturels, durables, gratifiants et coopératifs.

Mais d’où nous viennent ces systèmes de pensées, en quoi ils ont façonné et structuré toutes les couches de notre société ?

C’est en se penchant sur l’histoire des Hommes qu’il nous est plus aisé d’en dégager un fil conducteur et des pistes de réflexion. En effet, les grands courants de pensées ont été sans nul doute influencés par l’incarnation de grands êtres spirituels qui par leur passage sur Terre ont laissé à travers leurs représentations une trace indélébile dans l’inconscient collectif.

Il n’y a qu’à prendre en exemple “Gautama” dit le Bouddha, qui à travers une vie d’ascète, de contraintes physiques et psychologiques intenses a finalement atteint l’illumination lorsqu’il a pris conscience que l’objet de sa souffrance, c'est-à-dire lui-même et ses représentations extérieures n’était en fait qu’illusion. En quoi une illusion pourrait-elle souffrir ? Quels facteurs externes seraient cause de cette souffrance, si ce ne sont que d’autres illusions ?

Quelques siècles plus tard, un autre Être de grande Conscience et d’Amour, “ Jésus ”, est venu nous enseigner par son exemple. Il incarne pleinement cette connexion au “ Père ” et à la source divine à travers la manifestation de guérisons miraculeuses, d’enseignements de paraboles d’Amour et de Sagesse et de sa toute puissance en ressuscitant parmi les Hommes. Que dire encore du prophète "Mahomet" qui au-delà des messages de Paix et d’Amour qu’il partage, nous invite à prendre davantage conscience de la notion du “ Non-forme ” de Dieu et de l’Unité omniprésente de toutes choses.

Nous avons interprété le vécu de ces grands Êtres avec notre niveau de conscience de l’époque et avons donné naissance à des croyances ou convictions diverses : “Tout n’est qu’illusion, y compris Soi-même” à travers la méditation, la contemplation ou l’ascétisme, il est possible d’élever son niveau de conscience, de calmer le mental, d’apaiser ses émotions pour réaliser enfin qu’il ne peut y avoir souffrance, si l’objet de la souffrance n’existe pas lui-même. D’autre part, il s’est révélé que la souffrance était un passage de purification presque obligatoire pour se libérer, il fallait visiter l’ombre pour connaître la lumière (Jésus n’est-il pas représenté par le crucifix ?). Que les forces du Bien et du Mal sont réelles et se livrent bataille. Ou encore que Dieu est un être qui se doit de juger la conduite de l’Homme pour son propre bien. Et qu’ensuite le divin n’a pas de visage, il EST, il est Unité.

Suite à ces interprétations individuelles et collectives, nous avons été portés à mettre en place des règles, des pratiques et des conduites morales qui étaient sensées nous guider sur la Voie divine et l’entrée au Paradis. Comme, il y avait autant d’individus que d’interprétations et de croyances, il a semblé nécessaire de mettre en place des structures pour encadrer ces formes de pensées : “Les Religions”. Par la puissance toute divine que véhiculaient leurs messages et leurs représentants, elles ont connu d’une part un intérêt certain, notamment auprès des dirigeants qui ont vu là l’occasion de renforcer leur situation privilégiée. Et d’autre part, elles ont éveillé auprès de la population, craintes et peurs d’être jugée par des forces supérieures qu’elles soient d’origines divines ou humaines. La Religion et l’église font alors parties intégrantes de nos structures sociétales occidentales de l’époque et ne font qu’un avec le pouvoir en place.

Le Moyen-âge se terminant à peine, la conscience collective s’ouvre et s’éveille peu à peu à de nouvelles formes de pensées et pour cause. Alors que la Religion nous promettait la Liberté, le Paradis et voire l’Amour pour tous, la réalité de la condition humaine semble s’être bien éloignée de ce noble but.

"L’individu se retrouve comme emprisonné dans une structure avant tout mentale constituée de dogmes et croyances diverses et matérialisée sous la forme d’une pyramide où l’on retrouve au sommet une minorité qui détient le pouvoir et à sa base la population qui est contrainte d’obéir à des règles et des codes de conduites."

En fin de compte la reproduction plus ou moins inconsciente d’un modèle de pensées : “Dieu est en haut, il a tout pouvoir et juge de la conduite de l’homme en fonction de ses actions”. Mais qu’en est-il du niveau de libération de ces êtres ? Et bien, certes au sommet de cette pyramide, les individus bénéficient de plus de confort physique et psychologique qu’en bas, mais sont-ils pour autant plus libres ? Probablement pas, ils sont devenus victimes et dépendants de structures qu’ils ont eux-mêmes mises en place.

C’est alors que dans sa quête de Libération et de Bonheur, l’Humanité se tourne vers la Science et la Raison : “Le Siècle des lumières” (XVIIIème siècle). Il en est fini cette fois de prier vers le ciel, de naviguer dans l’invisible et dans les croyances mystiques diverses.

L’humain et le monde qui l’entoure est désormais “ Objet ”, s’il n’est pas heureux, c’est qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond et par le biais de la Raison, la Science peut sans aucun doute et voire même se doit de le “réparer”.

Que d’espoir ! Cette fois, c’est la bonne ! L’homme va enfin se libérer !

Stimulée par ces formidables perspectives, la société se voit réformée progressivement et tout comme l’ont fait les Religions avant elles, la Science se propage dans toutes les couches de cette même société. Et elle n’hésite pas à entrer dans les esprits en passant par la porte du Savoir: nos écoles. Elle est enseignée à travers de multiples disciplines : Sciences humaines, sociales, anthropologiques, politiques, économiques, mathématiques, médicales, physiques, astronomiques, etc. L’humain en quête de réponses et de vérité se met à scruter la matière sous tous les angles. Du plus micro et au plus macro, de l’atome à l’Univers. Cette matière nous révèle bien des secrets et elle nous semble de plus en plus proche de sa maitrise ou de son contrôle absolu.

Animé par cet intense besoin de découverte ou de conquête, inconsciemment, nous mettons en place un modèle socio-économique qui nous invite à utiliser, à transformer cette matière en produits de consommation qui en retour nous apporte le pouvoir et la liberté de consommer à nouveau encore et encore dans ce même système.

Cette puissance économique, contrairement aux énergies divines, elle a une forme, on peut la toucher, on peut la compter, c’est de l’argent tout simplement. La voilà, la toute nouvelle puissance divine, elle nous promet Liberté et Bonheur.

L’individu se voit donc contraint à l’accumuler par tous les moyens et contribue avec conviction et confiance en ce système dans lequel il fait pleinement partie. Les “élus” sont les plus riches et chacun peut le devenir pourvu qu’il produise plus, négocie plus et en retire de ses transactions commerciales un maximum d’énergie du Bonheur.

Mais contrairement à notre désir de conquête, l’espace terrestre dans lequel nous évoluons est hélas limité et les ressources commencent à manquer. Notre planète donne des signes de faiblesse. La concurrence devient impitoyable et la loi du plus fort domine, après tout c’est bien la Science qui l’a révélée à travers les travaux de Darwin !? Toujours dans cette quête de liberté par la Raison, il est alors imaginé qu’il serait “profitable” de limiter l’effet de cette concurrence en s’associant, en fusionnant, en globalisant nos structures commerciales et socio-économiques. Ce qui a pour conséquence la “normalisation” progressive de toutes les couches de nos structures sociétales à travers des lois, des règles morales et sociales qui ont pour but de dicter la conduite de l’homme. Dans le dessein que celui-ci demeure d’une part un élément actif, performant et dépendant de cette grande machine économique et aussi qu’il ne se pose le moins de questions possible.

Au-delà des acteurs, de l’individu, ce qui est devenu essentiel, c’est le système, il doit être maintenu en vie à tout prix !

A jouer de Raison à l’extrême, l’homme ne s’est peut-être pas rendu compte qu’il s’est retrouvé dépassé. Le mental si on le laisse se déployer sans vigilance, se prend au jeu et de toute sa puissance solidifie toutes les croyances au point de ne plus s’ouvrir à la nouveauté, au simple bon sens et à la remise en questions de nos mêmes pensées.

Entre temps, la Science progresse et dans tous les domaines, les recherches sont poussées à l’extrême dans l’espoir de découvrir un nouveau “Produit de Consommation” qui pourra être vendu sur le grand marché “des articles à comité de lecture scientifique” et ainsi alimenté cette grande machine économique. On a marché sur la lune, on a décodé le génome humain, Dolly a été clonée, nos ordinateurs sont portables et leur puissance de calcul augmente de manière exponentielle, nous voyageons en un coup de carte de crédit, imprimons en 3D et nos “amis” sont rendus virtuels tout autant que la vague “Internet” sur laquelle nous surfons jour et nuit. Alors qu’un peu plus tôt, les tibétains, contraints de descendre des hauts plateaux voyagent à leur tour et nous enseignent à nouveau l’impermanence de la matière, nous parlent de la vacuité et que la compassion est source de Bonheur. Cela tombe bien, la Science à travers la physique quantique et les recherches sur le Cœur le démontrent aussi !

Mais la grande question demeure : “Qu’en est-il de cette promesse faite quelques siècles plus tôt de libérer l’Humanité de la souffrance” ? Dans les faits, 10% de la population détient toutes les richesses mondiales et grâce au laissez-faire calculé de nos politiciens, les nouveaux dirigeants ne sont plus ceux que nous élisons, mais bien les actionnaires des grandes multinationales et du système bancaire qui les financent. Ces derniers ont les mains libres et sont devenus LA Toute Puissance qui domine le haut de cette pyramide qui ne peut-être remise en questions. Ce qui a plus de valeurs et de pouvoir en ce monde, l’Argent, est créé, non plus à travers le simple échange de biens matériels comme dans le temps, mais bien à partir de chiffres rentrés sur un ordinateur sur le compte des personnes contraintes d’emprunter pour se bâtir une Vie meilleure.

L’argent est créé comme par magie et le plus légalement du monde à partir …de RIEN, alors que la population se doit de travailler dur pour rembourser la somme empruntée d’une part et d’appauvrir cette même population pour trouver l’argent nécessaire pour rembourser les intérêts.

Cette énergie “divine”, à travers du jeu des dépôts/emprunts bancaires et de la spéculation à outrance n’a désormais plus aucune contre partie matérielle, elle est rendue …VIRTUELLE !!

L’Argent aujourd’hui, c’est de la DETTE !

La Science a voulu faire fi des croyances disons trop “invisibles” de nos Religions et répondre ainsi à la souffrance de l’Homme par l’étude stricte de l’Objet et voici qu’au cours de son évolution, elle a elle-même contribué à rendre l’Argent, qui était devenu l’élément prometteur de Libération et de Bonheur, aussi virtuel qu’une promesse de remboursement ou mieux encore que les prières de nos Religions. La Science découvre ce que Bouddha disait depuis longtemps, que ce monde matériel est une illusion et prend forme en notre Esprit par la Conscience. La vacuité si chère à nos bouddhistes est aussi appréhendée et il est de plus en plus admis par la communauté scientifique que c’est du “Vide” que naît la matière. Et que dire encore de la notion d’Unité prêchée par le prophète qui est maintenant de plus en plus appuyée par la géométrie fractale et holographique de la matière.

Oui, la Raison ou la Science sont bien arrivées à démontrer ou confirmer par leur approche et leurs outils ce que les grands êtres de Sagesse nous ont enseigné ces derniers millénaires. On a remplacé l’invisible par la matière, l’énergie divine par l’Argent, l’Argent par de la dette virtuelle pour en arriver à découvrir que la matière n’existe pas en Soi en tant qu’Objet, mais qu’elle est belle et bien créée par notre Conscience à partir d’UN océan infini de potentialités et d’énergie.

La Science serait-elle devenue Subjective ?

Alors, fort de ces apprentissages, ne serait-il pas judicieux de replacer le Sujet au centre de nos prérogatives et de changer nos modèles de pensées pyramidales et hiérarchiques basés sur la notion de la dette ? De créer des structures sociétales ouvertes et souples qui encouragent la réalisation individuelle et collective de l’Homme. Plutôt que de regarder vers le haut dans l’attente de réponses ou de lois ; que nous soyons invités librement et en sécurité à regarder en notre centre, en notre Cœur, que nous puissions faire émerger nos qualités d’âmes et les manifester concrètement pour notre propre bien-être et du même coup pour toute l’Humanité. Et de répondre ainsi peut-être à nos besoins de Bonheur et de Liberté…

« On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. » (Le petit prince, Antoine de Saint-Exupéry)

TOUT reste à co-créer pour bâtir un “Nouveau” Monde enfin plus libre. L’histoire se poursuit, si vous voulez y contribuer et jouer un rôle comme acteurs concrets de changements durables au service de plus d’Amour, de Conscience et d’Unité, alors rassemblons-nous, échangeons, partageons et agissons … !

Le projet Ednco, Le Village est une proposition de réponse aux grands enjeux auxquels nous faisons face.

Rejoignez-nous :-)


Laurent Roussel, Coach de Vie ACC Laurent Roussel