article 8 top

7. Ednco : l’exemple même des valeurs qu’il promeut

Par: Jessica Duvivier - il y a 3 années, 1 mois

chronique, Jessica Duvivier

Partager:

« Fais ce que je dis, pas ce que je fais !!!! »

Combien de fois avez-vous entendu cette maxime au cours de votre vie ? Combien de fois même sans l’entendre directement de l’extérieur l’avez-vous entendu provenant directement de votre fort intérieur lorsque vous laissiez couler l’eau lors de votre brossage de dents deux minutes après avoir dit à votre enfant que l’eau … ben c’était une ressource importante, à ne pas gaspiller pour rien … ou bien lorsque vous vous retrouvez subitement à dévorer un « cheese-burger » chez Mc Do après avoir publié sur Facebook un article sur toute une série d’additifs si invitant pour votre santé que votre propre chien n’en mangerait pas ?

Tout le monde connaît ça hein ???? C’est un des paradoxes qui habite l’être humain et sans doute est-il rigolo pour des « broutilles de même » … Mais lorsque c’est de notre chemin de vie dont il s’agit, de nos désirs d’accomplissement les plus profonds … On souhaite tous et toutes être « enlignés » du mieux que l’on peut avec nos valeurs … Même si ce n’est pas toujours la route la plus facile !


Laurent Roussel, fondateur d’Ednco, sait aussi à quel point cela peut-être difficile (après tout c’est un être humain aussi !). Toutefois, le projet Ednco s’est révélé être pour lui un moyen de se prouver à lui même comme aux autres … Hé ben … qu’il est possible de suivre ces valeurs jusqu’au bout … tant sur la perspective locale que sur son éventail de valeurs.



Dis-nous-en un peu plus sur le fait qu’Ednco est en train de se construire sur les mêmes bases et valeurs qu’il met en avant …

« C’est à dire que l’idée a démarré dans ma tête, j’avais donc des besoins, à partir de ce moment là, je les ai mis en forme et puis localement – je conceptualise mon projet dans un café sur le Plateau – je m’étais dit : « c’est ici que je vais trouver les ressources pour répondre à mes besoins ainsi qu’aux problèmes que je rencontre ».
« Je ne voulais pas aller mettre des annonces à droite-à gauche, mais je souhaitais vraiment rester dans le local et je me disais : « Quand ça sera le temps, ça viendra… ». Et en fait c’est exactement comme ça que les choses se sont faites et se font encore aujourd’hui.»
« C’est un site internet et il faut des gens pour le programmer … Et, ce sont des personnes qui ont commencé à s’intéresser, à vouloir savoir ce que je faisais tous les jours assis derrière mon ordi … Des personnes s’y sont intéressées tout de suite, ont embarqué là-dedans, m’ont même présenté d’autres personnes. Aujourd’hui, je me retrouve avec plusieurs personnes qui ont tous été à un moment donné assis à 5 ou 6 mètres de chez moi. Ce sont précisément ces personnes-là qui sont en train de développer le réseau. Elles-mêmes ont apporté des personnes locales pour poursuivre la construction de ce projet. Par exemple, au niveau légal, il y a des choses à protéger pour un site comme celui-ci et l’avocate qui travaille dessus n’habite pas loin non plus. Et puis, je peux dire aujourd’hui que ce projet là a été créé dans le café où j’ai l’habitude de travailler. Donc, tout ça s’est fait localement. »

Laurent m’explique alors que c’est à partir de ce même modèle d’interaction, de partage et de co-création qu’il désire très rapidement pouvoir sortir le site web de présentation du projet qui, à l’heure où vous lisez cette chronique, est très certainement disponible.

Non pas seulement pour que les personnes s’inscrivent sur le projet "Vibrerlocal" (Ednco, Le Village) en cours de création, mais pour :

« Montrer au gens que ce projet-là et un projet comme les autres, et qu’il est en train de se créer sous les yeux des personnes. Tout comme ce sera possible plus tard lorsque les membres du réseau auront accès aux projets en cours et vont pouvoir mettre en avant leur progression et développement. »

Alors voilà ! Voilà donc un exemple concret qui peut nous permettre de méditer sur notre scepticisme ou plus encore sur nos multiples paradoxes. Eleanor Roosevelt, première présidente de la commission présidentielle américaine sur le statut de la femme, disait : « L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves ». Martin Luther King répondait : « Crois en tes rêves et ils se réaliseront peut-être. Crois en toi et ils se réaliseront sûrement. ».

Le projet "Vibrerlocal" (Ednco, Le Village) celui de son fondateur Laurent, de ses co-fondateurs et de son équipe est un projet qui, quelque soit son avenir, contribue à nous porter au delà de nos doutes et de nos désolations face aux méfaits de la société actuelle … Il est le résultat de l‘espoir de son fondateur en un avenir meilleur … Et pour cela seulement, ce chemin vaut le coup d’être marché, quel qu’en soit l’issue … Jean Smith un homme heureux !



C’est donc à votre tour chères lectrices et lecteurs d’accompagner ce bébé naissant dans sa nouvelle vie … C’est à vous, membres et futurs membres, de créer et de Co-créer ce nouvel espace social pour que celui-ci puisse répondre le plus fidèlement à nos espoirs, à nos besoins, à nos rêves ainsi qu’à ceux de nos voisins.

Merci de votre Coopération, de votre contribution, de votre présence sur ce site,


L’équipe d’Ednco

Chroniqueuse: Jessica Duvivier


Lire l'article suivant...